Archive for February, 2009

A heart that lives in new york

Tuesday, February 17th, 2009

Une fois n’est pas coutume (et tant que c’est frais), voici un petite impression toute personnelle de mon expérience new yorkaise.

D’abord, le contexte. Envoyée en mission par le Conseil de la Jeunesse pour prospecter sur la nécessité d’une présence à plus long terme de ce même Conseil au sein de la Commission sur le Développement Social (CSocD) de l’ONU, c’est donc avec une ferveur toute professionnelle que j’ai dépassé (et même surpassé) ma phobie de l’avion pour aller passer une semaine outre-atlantique.  A l’atterrissage, j’ai réalisé que le monde s’ouvrait à moi.

Pour ce qui est du boulot, tout s’est extrêmement bien passé. En bref, on a réussi à insérer quelques belles victoires dans la résolution sur la Jeunesse, on a tissé des bons contacts très prometteurs et on a mis en place un début d’essai de structuration de la présence jeune sur place. En passant, on a même trouvé de belles pistes de financement…

Mais ce n’est pas là le principal, finalement. Et les personnes concernées ont déjà reçu le rapport circonstancié.

Non. C’est bien plus personnellement que je suis touchée.

Je m’attendais à une ville froide, haute et oppressante.

J’ai trouvé une ville humaine et chaleureuse. Un endroit où on est constamment accueilli avec le sourire et des “Hello! How are you”. Une ville où le beau est à chaque coin de rue.

J’ai vu des milliards de choses: l’ONU et son quartier, Soho, Tribeca, Greenwich Village, le Metropolitan, le Guggenheim, …

J’ai ressenti des milliards de choses: le vertige, le beau, le bon, le mélange, la crainte, la fierté, …

Duane Reade est devenue ma meilleure amie.

J’ai entendu autant parlé français à New York qu’anglais dans le centre ville de Bruxelles (note pour les non bruxelles-villois: c-à-d énormément).

J’ai marché.

J’ai regardé.

J’ai entendu.

J’ai parlé.

J’ai frissonné.

J’ai eu mal aux pieds (et pas seulement à cause du clou qui m’a déchiré le droit).

Je n’ai découvert qu’une toute petite partie de la Ville. Je meurs d’envie de découvrir le reste.

J’ai hésité avant de monter dans l’avion du retour…

On m’avait dit d’en profiter à chaque instant. J’ai suivi ce conseil à la lettre.

Je suis conquise. Ce soir, j’ai le NYC blues…

D̩lit de faci̬s РEpisode 2

Tuesday, February 3rd, 2009

Résumé de l’épisode précédent: Alertée par une députée fédérale présente sur les lieux (et qui a passé sans problème le filtre alors qu’elle allait manifester), une conseillère communale de Bruxelles-Ville a décidé d’interroger le Bourgmestre sur une opération policière aux drôles de relents racistes…

J’ai donc posé ma question au conseil communal d’hier (et je ne suis pas tombée dans les escaliers) …

Le moins qu’on puisse dire, c’est que tout le monde se renvoie la balle. Pour le Bourgmestre de Bruxelles-Ville, il n’y a jamais eu d’injonctions données aux forces de police visant à trier les gens sur leur apparence à la sortie de la station de métro. Comme Guido De Padt l’avait déjà répondu à Zoé Genot, Freddy Thielemans avait juste demandé  que “toute personne montrant l’intention de manifester (soit) interpellée et informée du fait que la manifestation n’était ni autorisée, ni tolérée et (soit) priée de quitter les lieux. En cas de refus, la personne devait être arrêtée administrativement.”

Comme il n’y a eu “que” 32 arrestations administratives (sur 1.500 personnes), ça serait su s’il y avait eu un tri raciste.

Mais voilà, il y a eu plainteS. Et il y aura donc enquête.

De même, j’ai rappelé au Bourgmestre que même s’il n’y avait pas eu de sa part injonction en ce sens, le tri raciste avait quand même eu lieu. Ce qui restait inacceptable. Ce à quoi il m’a répondu que dans le métro, ce n’était pas de sa responsabilité mais de celle de la police des chemins de fer (fédérale).

Ce qui est drôle, c’est que Guido De Padt (Ministre de l’Intérieur) avait justement indiqué à Zoé Genot quelle était  la responsabilité du Bourgmestre de Bruxelles-Ville dans l’opération:

Le bourgmestre de la ville de Bruxelles avait donné comme instruction aux forces de l’ordre de réagir proactivement en vue d’éviter le rassemblement de manifestants au rond-point Schuman à l’instar de l’attitude adoptée par les forces de l’ordre, le 10 janvier, à l’occasion d’un appel spontané semblable via sms pour un rassemblement devant la garde du Nord. Le service d’ordre était dirigé par la police locale de Bruxelles-Capitale-Ixelles. Ainsi, toute personne montrant l’intention de manifester devait être interpellée et informée du fait que la manifestation n’était ni autorisée, ni tolérée et devait être priée de quitter les lieux. En cas de refus, la personne devait être arrêtée administrativement.

Conformément à ces instructions , les forces de l’ordre déployées sur et autour du rond-point Schuman ainsi que dans les stations de métro voisines ont procédé à l’interpellation de toute personne se rendant manifestement au rond-point Schuman en vue d’y manifester. Des centaines de personnes ont ainsi été interrogées quant à leur intention. Les personnes déclarant vouloir manifester étaient priées de quitter les lieux.”

Affaire à suivre donc… (Zoé et moi, on aime aussi le ping pong)

D̩lit de faci̬s РEpisode 1

Sunday, February 1st, 2009

Voici la question que je poserai au Conseil Communal demain. Les témoignages qui ont été relayés par le MRAX sont terriblement explicites…

Un petit aperçu des témoignages avant que je n’arrive à mettre l’entièreté du CP  du MRAX en ligne, si le serveur veut bien fonctionner:

Maryam:

« Un policier civil qui prenait des photos m’a interdit de passer en grondant que la manifestation n’était pas autorisée. Rien ne prétendait pourtant que je participais à la manifestation, je ne portais ni keffieh, ni drapeau palestinien, ni slogan, j’aurais pu passer inaperçue mais faute d’être blonde aux yeux bleus, je me suis vue interdite d’accès. Le policier m’a donc interdit de traverser et m’a conseillé de façon virulente de rentrer chez moi si je ne voulais pas être embarquée, au même moment à côté de moi une femme de type européenne est passée sans aucun problème! »

Saïd:

« Le policier nous a demandé si nous sommes venus manifester, on a dit oui. On a donné nos pièces d’identité. Le policier dit alors « restez donc chez vous, regardez ce que vos enfants font! » L’un nous a aussi traités de « salopards » en néerlandais. On nous a demandé d’enlever nos mains de nos poches, l’un m’a ôté mon keffieh de force. Ils nous ont plaqués contre le mur, et nous ont filmés en demandant de tenir nos pièces d’identité face à la caméra. »

Zoé a également interpelé le Ministre de l’Intérieur sur le sujet. Vous trouverez tout (question, réponse et commentaires) par ici.

Je vous tiens au courant de la réponse, comme d’habitude…

(more…)