Archive for December, 2007

Propagande et lessives

Monday, December 24th, 2007

Ce que j’apprécie énormément dans la démarche écologiste, c’est son côté hyper concret. Je peux décider de ne chauffer mon appart qu’à 16°, de quitter Eletrobel pour un fournisseur 100% vert, de m’abonner à un panier bio, de bannir la bagnole, …

Evidemment, le raisonnement a ses limites. Mon proprio n’a pas encore eu l’excellente idée d’isoler son bâtiment, la bagnole reste indispensable pour certains déplacements, les soirées où j’écoute de la musique en lisant un bouquin sont un peu l’exception qui confirme la règle de mon avachissement devant les séries américaines, la Saint Feuillien exporte ses matières premières de très loin, etc.

Mais quand même, j’agis sur la situation par mes comportements sans attendre le grand soir, même s’il m’arrive de penser que le capitalisme est une sorte d’étoile noire qui se nourrit de ses adversaires et se renforce grâce à eux… Ce qui, je le pense aussi parfois, rend tous mes petits gestes plus contre-productifs qu’autre chose (à quoi ça sert de nourrir la machine que je combats, pourquoi ne pas la pèter un bon coup). Le jour où j’aurai réglé ce dilemme…

Bref, ce matin je me suis posée une question existentielle. Comment faire ses lessives de manière responsable?

Perso, j’utilise la wasserette, équipement collectif de socialisation dans le quartier. J’utilise aussi des produits Ecover (je ne maîtrise pas assez l’utilisation des copeaux de savon de marseille et j’ai des doutes sur l’intégrité sociale et environnementale des noix de lavage). Je fais toujours des machines ultra blindées. Quoique je lave, c’est à 30°.

Mais là où vient ma question existentielle, c’est quand je sors mes linges de la machine. Vaut-il mieux 22 minutes de séchoir (hyper consommateur d’énergie) qui évitent la fastidieuse tâche du repassage ou vaut-il mieux que je fasse tout sécher à l’air libre (de ma chambre) quitte à devoir repasser certains vêtements chiffonnés ou encore crus?

Comme je bosse et que mes soirées sont bien remplies par de multiples réunions politiques, ma lessive doit être efficace. Finalement, je lave mes vêtements quand je n’ai plus vraiment le choix. Je dois donc pouvoir avoir rapidement des vêtements propres et secs (aller bosser à poil, par ce temps, brrrrr). Je ne suis pas non plus du matin. Brancher le fer à 8h30 alors que je ne suis pas encore lavée et qu’il me faut encore 3 cafés pour pouvoir sortir de chez moi un minimum éveillée, très peu pour moi.

Ca ressemble un peu à de la justification. Je l’admets. En gros, ce qui me manque surtout, c’est du temps. Le temps d’attendre que le linge soit sec. Le temps de prendre 1 ou 2h pour repasser mon linge. Le temps de fabriquer moi-même ma lessive.

Et encore, je suis sûre que si j’avais plus de temps libre, je le passerais autrement qu’à faire mes “tâches ménagères”.

En fait, ce qui me manque surtout, c’est un homme au foyer. Passionné par toutes ces tâches…

Comment on s’en sort?

Pour la fin du monde…

Wednesday, December 19th, 2007

… prends ta valise
et va là haut sur la montagne on t’attend…

Alors? Vous aussi, vous avez eu le sms de Guy?

C OK. G réussi. GVT PS3-cdH1-MR3-CDNV4-VLD3.

… N’aie plus peur rien tout ira très bien
Pour la fin du monde viens tout simplement
(hanhan hanhan haaaan)
Viens donc il est temps
(hanhan hanhan haaaan)…

Mais là n’est pas l’essentiel de l’actu. Non non.

La nouvelle importante du jour, c’est que le Parlement bruxellois bosse, lui. Et que les député-e-s A. Byttebier (Groen!), C. Delforge (Ecolo), J. Fiszman (PS), M.-P. Quix (sp.a–spirit), A. du Bus de Warnaffe (cdH) et D. Gosuin (MR) vont déposer, demain jeudi, une proposition de résolution visant à préparer la Région de Bruxelles Capitale aux pics du pétrole et du gaz, sur base d’un travail coordonné par Respire.

Ils et elles demanderont au gouvernement bruxellois :

– de prendre connaissance des études scientifiques observant l’apparition prochaine du pic du pétrole et du gaz,
Рde faire savoir aux habitants de la R̩gion de Bruxelles-Capitale que le pic du p̩trole et du gaz constitue un d̩fi important qui demande la pr̩paration de tous,
Рde r̩aliser une ̩tude end̩ans les 6 mois envisageant les cons̩quences ̩conomiques et
administratives qu’aurait un prix élevé du baril de pétrole (scénarios indicatifs: 150$, 200$, 300$) pour le Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale,
Рde r̩aliser une ̩tude end̩ans les 18 mois envisageant les cons̩quences sociales et
économiques qu’aurait un prix élevé du baril de pétrole (scénarios indicatifs: 150$, 200$, 300$) pour la Région de Bruxelles-Capitale et ses habitants,
– de réaliser un plan de réduction de la dépendance de la Région vis-à-vis du pétrole et du gaz, dans lequel les pistes praticables pour réduire cette dépendance devraient être étudiées en détail, de sorte que la transition vers un monde dans lequel l’énergie sera chère et le pétrole et le gaz insuffisamment abondants soit la moins brutale possible pour les habitants de la région, en particulier pour les personnes les plus vulnérables. Les auteurs de la proposition de résolution attirent notamment l’attention du Gouvernement sur d’expériences réalisées à l’étranger, en particulier dans la ville de Portland (Oregon – Etats-Unis) qui a mis en place un Comité du pic du pétrole regroupant diverses parties prenantes,
– d’initier dès que possible la mise en oeuvre de ce plan de sortie de la Région de la dépendance au pétrole et au gaz,
– de s’adresser aux gouvernements des autres entités fédérées ainsi qu’aux autorités fédérales et de les inviter à réaliser un plan du même type pour les niveaux de compétence correspondant et de les mettre en oeuvre le plus rapidement possible.

C’est un véritable coup de force, réalisé par Céline et Jean-Baptiste, qui passera certainement à l’arrière-plan médiatique à cause du gouvernement Vedior (aaaaah, la joie d’être la seule opposition francophone!), mais pas ici.

… Viens voir enfiiiiiin l’autre côté
De la montaaaaagne (éh oh)
Viens voir enfiiiiiin l’autre côté
On va repar-tir à zé-ro
(oum ah oum oum ah oum)

Titine à Charleroi et La vie secrète des jeunes

Wednesday, December 5th, 2007

Bon, commençons cette petite chronique littéraire par Titine. Parce que Titine est un des petits surnoms que ma maman me donnait. Et que Charleroi, ben… J’y crois! (oui, ils sont forts pour les slogans dans le Hainaut)

Le choc…

J’attendais impatiemment que mon minimex tombe pour m’offrir cette BD…

Je l’ai dévorée cette nuit…

C’est du grand. C’est du beau. C’est du vrai. C’est de l’art.

J’ai ouï-dire que Lindingre s’était renseigné auprès d’un carolo anonyme pour éviter les clichés. Et bien, à part “caberdouche” qui est une expression un tantinet plus bruxelloise que carolote (mon avis: le scénariste est un carolo qui s’est exilé au moins un temps à Bruxelles pour ses études (et ils sont nombreux (et parfois, ils ne reviennent pas, comme moi))), tout est juste.

Bon, j’enquête sur le scénariste… J’ai une petite idée… Je vous tiendrai au courant…

Donc pour résumer: vous voulez savoir comment c’est vraiment Charleroi? Dans la vraie vie des vrais gens? Lisez Titine!

Et maintenant, tadam, on passe à mon avis sur la vie secrète des jeunes…

D’abord, c’est super la classe. Une BD de l’association, je trouve que ça en jette toujours. C’est déjà beau avant de l’ouvrir. Et puis, on l’ouvre. Et là, on crie haut et fort “le nouveau Riad Sattouf est formidable!” comme Bapt.

Ou alors on le maudit. Parce qu’on n’a pas su le rencontrer quand il est venu à Bruxelles. Parce qu’il s’est fait kidnappé par des vilains libraires qui l’ont emmené boire et manger jusqu’à pas d’heure. Alors qu’on bosse le lendemain. Et qu’on n’ose pas la faire trop tard quand même. Et que le train vers la mer n’attend pas un dessinateur de BD en retard.

Bref, je dirai du bien de Riad Sattouf quand on se rencontrera enfin. En attendant, je laisse Bapt le faire pour moi.

Et je trouve qu’il n’y a pas assez de pages dans cette BD.

Je vais la relire ce soir tiens.

😀